Nos actions

Notre démarche globale de prévention

Consulter le parcours santé

 

Risques professionnels : Qu’est-ce qu’un risque professionnel ?

Danger, risque, dommage : quelles différences ?

  • Danger : propriété intrinsèque d'une situation, d'un produit, d'un équipement susceptible de causer un dommage.
    Exemples : présence d'eau sur le sol d'un atelier, stockage de produits chimiques dans un local non ventilé, défaut d'isolation d'un équipement électrique...
     
  • Risque : éventualité pour la personne de rencontrer un danger
    Exemples : risque de glissade sur le sol mouillé, risque d'inhalation de produits chimiques nocifs, risque d'électrocution...
     
  • Dommage : préjudice subi par la personne.
    Exemples : fracture, maladie, décès...

Composantes du risque :

  • La probabilité de la survenue du dommage

Elle est liée à :

  • la fréquence et/ou la durée d'exposition au danger ;
  • la probabilité d'apparition du phénomène dangereux.
     
  • La gravité du dommage

La notion de "risque professionnel" peut être définie comme l'ensemble des menaces qui pèsent sur la santé des salariés dans le cadre de leur activité professionnelle. Elles peuvent se traduire par un accident ou une maladie dite "professionnelle".

Votre service de santé au travail vous accompagne dans l’évaluation de ces risques et dans la mise en œuvre du plan d’action :

  • Risques liés aux ambiances de travail
  • Risques biologiques
  • Risques chimiques
  • Risques de chute
  • Risques électriques
  • Risques d’incendie ou explosion
  • Risque routier
  • Risques psychosociaux
  • Risques liés aux situations de travail

Exemple d’une action de prévention de la Gale dans une entreprise de transports :


Aide à l’évaluation des risques

Exemple d’accompagnement des TPE dans l'aide à l'évaluation des risques :


Conseils en entreprise

Entrer dans une démarche globale de prévention c’est permettre à l’entreprise d’anticiper les risques et de préserver ses salariés. C’est un gage de performance sociale et économique.

ASTIL 62 est le seul intervenant en prévention qui allie la connaissance de l’état de santé des salariés avec une bonne compréhension du monde de l’entreprise et des conditions de travail. Cela nous permet d’identifier les besoins en santé travail des entreprises et des salariés.
Nos interlocuteurs sont multiples : des employeurs, des salariés, des instances représentatives du personnel, des branches professionnelles, des partenaires institutionnels. Nous agissons à tous les niveaux de l’entreprise pour garantir le succès de nos actions.


Démarche Qualité de vie au travail

Des entreprises de la région s’engagent dans la Qualité de vie au travail : vous aussi rejoignez un cluster !
L’ASTIL 62 s’est engagée avec 3 autres partenaires de la Région : la CCI Hauts de France, SISE et l’ARACT Hauts de France pour accompagner 6 entreprises régionales dans le déploiement d’une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail.
Pour chaque entreprise, des binômes paritaires ont bénéficié d’apports méthodologiques, de temps collectifs et d’appuis individuels pour cadrer et animer leurs démarches, dans le cadre d’un cluster.

Cette vidéo présente les enjeux, la démarche et les bénéfices d’une démarche qualité de vie au travail :



Si vous aussi vous souhaitez mettre en place une démarche QVT dans votre entreprise, et intégrer le prochain cluster 2018-2019, contactez-nous : e.rouet@astil62.fr


Branche professionnelle

« Bâtiments Travaux Publics »BTP.jpg

L’ASTIL 62 est associée à l’OPPBTP pour réaliser les actions suivantes auprès des entreprises du BTP :

  • Atelier DUERP : Consiste à expliquer aux employeurs ou à leurs représentants ce qu’est un Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels et les aider à réaliser leur évaluation par le biais de MAEVA BTP (logiciel d’aide au DUERP conçu par l’OPPBTP). La réalisation se fait en direct sur un poste informatique.
     
  • Atelier cartographie : L’atelier s’articule autour de 2 sessions.

 La 1ère session consiste à réaliser un pré diagnostic du niveau de prévention de l’entreprise par le biais d’un questionnaire comprenant 10 thématiques. Les réponses sont saisies dans un logiciel conçu par l’OPPBTP, les résultats sont analysés puis synthétisés sur des graphiques. Le diagnostic est porté à la connaissance du Médecin du Travail de l’entreprise et de son équipe pluridisciplinaire afin de proposer des pistes d’amélioration (sensibilisations, FE, …).

La 2ème session consiste à mettre en relation le diagnostic et la réglementation et à proposer des axes d’améliorations, de prévention, selon les besoins de l’entreprise (support papier + clé USB comprenant des documents types).
 

  • MAECT : Méthode d’Analyse et d’Evaluation des Conditions de Travail

L’OPPBTP, UMGO-FFB et l’ASTIL se sont associés afin de réaliser une étude sur les conditions de travail du métier de Maçon (blocs béton et briques). Cela passe par un recueil d’informations quantitatives et qualitatives représentatives des expositions des travailleurs sur les chantiers de pose de blocs béton et de briques. L’étude est réalisée sur deux opérateurs pendant trois jours. Concrètement, huit personnes sont sollicitées pour les observations de terrain : observateurs, métrologues, techniciens en santé travail, infirmiers en santé travail, médecin du travail. L’observation se fait en continu sur la journée de travail par vidéos, photos, grille d’observation. Des questionnaires sur l’activité sont réalisés ainsi que de la métrologie : étude de poussières et/ou COV, vibrations, bruit, cardiofréquencemétrie...
L’analyse de ces informations permettra d’identifier, de proposer et de mettre en œuvre des pistes et des actions d’améliorations.

  • Semaine de la FFB : Animation de sensibilisations (4 à 6 ateliers de 2 heures) sur une semaine, sur une thématique déterminée par la FFB, généralement fin mars. Les supports sont fournis par la FFB en concertation avec l’OPPBTP.

« Garages Prévention Santé »GARAGE.jpg

En 2010, nous avons défini une action à destination des garages, en lien avec l’action régionale « Garage Prévention Santé » mise en place par le réseau régional CMR avec la DIRECCTE, la CARSAT, les SSTI du Nord Pas de Calais, le CNPA et le soutien technique de l’ISTNF. L’objectif principal de l’action GPS : Alerter les professionnels sur les risques inhérents au contact avec les carburants et les produits dérivés du pétrole et leur proposer un accompagnement pour mettre en œuvre les bonnes pratiques de prévention, après avoir actualisé l’évaluation des risques sur les postes de travail. Nous avions profité de cette action pour aller plus loin dans la démarche en associant de la métrologie atmosphérique à la biométrologie urinaire pour évaluer l’exposition des salariés aux fumées diesel et aux dérivés du pétrole. Des aides financières simplifiées étaient proposées par la CARSAT pour des extracteurs de fumées diesel et des fontaines de dégraissage sans solvant.

Dans la continuité de cette action GARAGE, en 2017-2018, nous avons souhaité travailler à nouveau en partenariat avec la CARSAT.
En effet, cette dernière a développé un outil de sensibilisation au port de gants à destination des mécaniciens, se présentant sous la forme d’une mallette contenant différents types de gants adaptés à l’activité des mécaniciens.

ASTIL 62 profite  de cette action pour mettre à jour les fiches entreprise de tous les garages du territoire, soit environ 250 entreprises.


Prévention des addictions

Les consommations abusives de substances psychoactives et les addictions ont un impact réel sur l’état de santé du salarié. Les conduites individuelles sous l’emprise de drogues ou d’alcool représentent un risque à évaluer et à prendre en compte, en particulier sur les postes de sécurité.

Cette thématique doit être perçue comme les autres risques et traitée comme telle. Mais aujourd’hui encore, c’est un sujet tabou en entreprise.

Une équipe d’ASTIL est disponible pour :

  • Sensibiliser les employeurs, les préventeurs sécurité sur les addictions,
  • Sensibiliser les salariés sur les différents types d’addictions, les conséquences au travail et dans la vie privée,
  • Répondre aux attentes des entreprises dans un domaine où les idées fausses et les tabous sont encore très présents (ouvrir le dialogue).
  • Accompagner les salariés en difficulté en les orientant vers des structures spécialisées comme les CSAPA (centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie),
  • Participer à des projets régionaux avec les acteurs en prévention des addictions.


Suivi individuel

  • Le suivi individuel général (SIG) = Visite d’information et de prévention

En l'absence de risques particuliers, une visite d'information et de prévention « initiale » est réalisée par l'un des professionnels de santé du Service de santé au travail dans un délai qui n'excède pas trois mois à compter de la prise effective du poste de travail.   
Le professionnel de santé délivre une attestation de suivi au travailleur et à l'employeur à l'issue de toute visite d'information et de prévention.
Le médecin du travail peut proposer des adaptations de poste ou l’affectation sur d’autres postes.
La périodicité de cette VIP est fonction des conditions de travail, de l'âge et de l'état de santé du salarié et des risques auxquels il est exposé. Elle est au maximum de 5 ans.
 

  • Le suivi individuel adapté (SIA) = Visite d’information et de prévention

  • Ce suivi adapté concerne :
     
    • les salariés exposés à des agents biologiques du groupe 2, aux champs électromagnétiques, âgés de moins de dix-huit ans, travaillant de nuit. Ils bénéficient d'une visite d'information et de prévention réalisée préalablement à leur affectation sur le poste, par un professionnel de santé qui délivre une attestation.   
    • les salariés en situation de handicap ou d'invalidité, les femmes enceintes ou venant d'accoucher. La VIP initiale est réalisée par le médecin du travail qui délivre une attestation de suivi comportant d’éventuelles préconisations.

La périodicité de ce suivi adapté est fixée par le médecin du travail avec un maximum de 3 ans.
 

  • Le suivi individuel renforcé (SIR) = Examen médical

    • Les postes présentant des risques particuliers concernent l’exposition à l'amiante, au plomb dans les conditions prévues à l'article R. 4412-160, aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction mentionnés à l'article R. 4412-60,  aux agents biologiques des groupes 3 et 4 mentionnés à l'article R. 4421-3 , aux rayonnements ionisants, au risque hyperbare, aux risques de chute de hauteur lors des opérations de montage et de démontage d'échafaudages, aux travaux sous tension, aux travaux nécessitant une autorisation de conduite (CACES) et les jeunes de - de 18 ans affectés à des travaux dangereux réglementés.
       
    • L'employeur peut compléter la liste des postes ci-dessus en cohérence avec l'évaluation des risques et, le cas échéant, la fiche d'entreprise, après avoir consulté le médecin du travail et le CHSCT.
       
    • Ce suivi individuel renforcé comprend un examen médical d'aptitude qui se substitue à la VIP. La périodicité de cet examen médical est déterminée par le médecin du travail et ne peut être supérieure à 4 ans.
       
    • Une visite intermédiaire est effectuée par un professionnel de santé qui délivre une attestation, au plus tard 2 ans près l'examen médical d'aptitude.

Tableau de suivi des salariés

Demander votre « disque » pour connaître les différents types de suivi individuel et leur périodicité.

Disque de périodicité


Aide au maintien dans l’emploi

Comment agir si l'état de santé de l’un de vos salariés se dégrade ?

Le médecin du travail et son équipe vous accompagnent pour :

  • Évaluer la situation du salarié sur le plan médical et professionnel
  • Évaluer et vous aider à améliorer l’environnement collectif de travail

Vous êtes employeur 

Télécharger la plaquette employeur

Vous êtes salarié

Télécharger la plaquette salarié


A noter que :

  • Sans arrêt de travail : le salarié ou l’employeur peut solliciter une visite occasionnelle quand les difficultés au travail apparaissent.
     
  • En cas d’arrêt de travail : L’employeur peut conseiller à son salarié de solliciter une visite de pré-reprise auprès de son médecin du travail. L’employeur ne peut pas la demander lui-même.
     
  • La visite de pré-reprise : Elle doit être organisée en vue de favoriser le retour à l’emploi du salarié. Elle est sollicitée au cours de l’arrêt de travail, à l’initiative du salarié, du médecin traitant ou du médecin conseil de la sécurité sociale.
     
  • La visite de reprise : Le travailleur bénéficie d’une visite de reprise, réalisée par le médecin du travail, après un congé maternité, une absence pour cause de maladie professionnelle, une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel. Le médecin vérifie que le poste de travail du salarié ou le poste de reclassement auquel il doit être affecté est compatible avec son état de santé. Si un aménagement de poste est nécessaire, le médecin peut solliciter l’équipe pluridisciplinaire du service de santé au travail. Cette visite doit être organisée par l’employeur et doit avoir lieu au plus tard dans les 8 jours après la reprise du travail.
     
  • La RQTH Reconnaissance Qualité Travailleur Handicapé :
    Lorsqu’un salarié est en situation de handicap, le médecin du travail l’informe et l’oriente vers la MDPH (1). Le Service de santé au travail peut l’accompagner dans ses démarches. Cette reconnaissance du handicap peut permettre à l’employeur et au salarié, avec l’aide du SAMETH (2), COMETE (3) et l’AGEFIPH (4) de bénéficier de mesures favorisant le maintien dans l’emploi telles que :
    • Aides financières pour aménager le poste de travail ;
    • Aides pour la formation ;
    • Aides spécialisées selon le handicap (auditif, visuel, cognitif…)
       

(1) MDPH Maison Départementale des Personnes Handicapées
(2) SAMETH Service d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés
(3) COMETE Communication Environnement Tremplin Emploi
(4) AGEFIPH Association pour la Gestion des Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées
 

Pour en savoir plus cliquez sur l'image :

rqth.PNG

Coordonnées des Référentes Handicap

  • Coquelles : Mme BAROIS - 03 21 46 61 52
  • Boulogne-sur-Mer : Mme BALDONI - 03 21 87 79 10
  • Montreuil-sur-Mer : Mme MAILLARD - 03 91 89 45 69

Le processus de maintien dans l’emploi permet de bénéficier d’un accompagnement spécialisé en concertation avec le médecin du travail, le salarié et l’employeur.

Coordination entre la Médecine de Soin et la Médecine du travail :

Enquête et diagnostic

L'observatoire EVREST : un outil de diagnostic en entreprise

Le dispositif EVREST (Evolutions et Relations En Santé au Travail) est un observatoire national pluriannuel qui fournit des indicateurs en santé travail. Alimenté par des médecins du travail et des chercheurs, il permet d’analyser et de suivre différents aspects des conditions de travail et de la santé des salariés.

25% des études concernent les secteurs de la santé et l’action sociale.

Les entreprises bénéficient de tableaux de bord en santé au travail leur permettant ainsi de réaliser des actions pertinentes au regard de leur stratégie globale de prévention.

Etudes et enquêtes SUMER et MCP

Enquête SUMER: contribue à la connaissance des expositions professionnelles ; à repérer, décrire et suivre les expositions selon la profession, le secteur d’activité, la taille des entreprises et le type de contrat.

Enquête MCP: renforce l’utilité et l’utilisation du signalement des Maladies à Caractère Professionnel à des fins de veille épidémiologique en milieu de travail.

En participant à des études et enquêtes régionales ou nationales, notamment : MCP (Maladies à Caractère Professionnel) et SUMER (SUrveillance Médicale des Expositions aux Risques professionnels), ASTIL62 contribue à la recherche scientifique afin d’améliorer les connaissances en santé travail.

Enquête inaptitude

Les actions autour du maintien dans l’emploi sont évaluées afin de suivre les évolutions en matière de santé des populations actives. Cette enquête permet de recueillir des informations sur les salariés pour lesquels une inaptitude médicale a été prononcée par le médecin du travail.

L’ensemble des Services de Santé au Travail des Hauts-de-France participe à l’enquête inaptitude du réseau STME (Santé Travail Maintien dans l’Emploi) depuis 10 ans.

Le réseau régional STME a été créé pour faciliter l’amélioration des pratiques des équipes de santé-travail et les coopérations avec les professionnels en milieu de travail pour favoriser le maintien dans l’emploi des salariés. Son rôle est de :

  • Conseiller les médecins du travail sur le maintien dans l’emploi.
  • Informer les équipes de santé au travail sur les dispositifs existants.
  • Faciliter la mise en œuvre précoce des démarches de maintien.
  • Réunir des indicateurs sur les inaptitudes au niveau local et régional.